Enfants du placard

Durant la seconde moitié du 20e siècle, des milliers d'enfants de travailleuses et de travailleurs saisonniers, pour lesquels le regroupement familial n'était pas autorisé, ont vécu clandestinement en Suisse.

Le Musée d’histoire de La Chaux-de-Fonds vous invite à entendre leur voix et à découvrir leurs parcours, ainsi que les mobilisations en faveur de leurs droits. « Enfants du placard », une expression qui marque l’histoire suisse comme le revers de la médaille d’une success story, celle de l’immigration des « Trente Glorieuses ». Un passé proche et difficile, qui ressurgit à travers les demandes de reconnaissance de ces enfants aujourd’hui devenus adultes.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, une extraordinaire phase de prospérité prend son essor. Pour répondre aux besoins de l’économie, la Suisse développe une politique largement basée sur le recrutement de « travailleurs invités », qui ne sont pas destinés à s’installer durablement.

C’est ainsi que va se développer un statut qui deviendra emblématique de l’immigration en Suisse : celui des saisonnières et des saisonniers, une condition qui exclut le regroupement familial et qui conduit dans certains cas les enfants des migrant.e.s à la clandestinité. Des milliers d’entre eux se trouvent par conséquent obligés de vivre cachés dans des logements souvent exigus, parfois pendant des années, privés d’une socialisation normale. C’est avant tout la voix de ces enfants aujourd’hui devenus adultes que l’exposition vous invite à entendre ; des témoignages qui permettent de donner la parole à celles et ceux qui en ont été privés, mais aussi de découvrir une histoire qui, par sa nature, n’a laissé que peu de traces, si ce n’est à travers les archives des « écoles clandestines ».

Aujourd’hui, les « enfants du placard » sont devenus un sujet de recherche pour les historiennes et les historiens. Mais, pour les acteurs eux-mêmes, il s’agit avant tout d’un enjeu de mémoire, qui donne lieu à des échanges, parfois vifs, au sujet de la reconnaissance de ce phénomène et des situations tragiques qu’il a engendrées, voire des réparations qui pourraient être demandées. Le musée comme lieu d’échanges, de recherche et de conservation rend donc visible une histoire encore méconnue et cherche à susciter le débat autour de l’une des conséquences majeures de la politique migratoire suisse du 20e siècle. Il participe à un processus en cours, dans lequel l’exposition n’est pas une fin en soi mais plutôt une étape.

Autour de l’exposition

Comme à son habitude, le Musée d’histoire de La Chaux-de-Fonds propose de nombreuses activités, pour les grands et les petits.

Guides de visite disponibles en allemand et en anglais ainsi qu’en français facile à lire et à comprendre (FALC).

Visite avec des classes

Cette exposition est particulièrement adaptée aux classes de la fin du cycle 3 et du secondaire 2 ainsi qu’aux écoles de français langue étrangères.

Dossier pédagogique à disposition des enseignantes et des enseignants.

Visite de présentation pour les enseignants et les enseignants
Mercredi 19 octobre de 17h15 à 18h15

Collaborations

Cette exposition est le fruit d’une collaboration avec le projet du Fonds National Scientifique Suisse (FNS) « Une socio-histoire des gens qui migrent : Les “enfants du placard” (1946 – 2002) », mené à l’Université de Neuchâtel sous la direction de Kristina Schulz, Professeure ordinaire en histoire contemporaine, avec la participation de Sarah Kiani, collaboratrice scientifique, de Magali Michelet, doctorante, et des étudiant.e.s du séminaire de Master Projet d’exposition : Entre solitude et solidarité : Les « enfants du placard » et les « Trente glorieuses ».

En outre, ce projet n’aurait pas pu voir le jour sans le concours de nombreuses personnes, institutions et services de la Ville de La Chaux-de-Fonds :

Scénographie

  • Services généraux des musées
  • Service des espaces publics
  • Service des bâtiments et du logement

Travaux sonores

  • Studio Ionison, Stéphane Mercier, Le Locle
  • Avec la conception technique de Loïc Pipoz

Animation vidéo

  • Racines graphiques, Johanna Castellanos Dubuis, La Chaux-de-Fonds

Graphisme

  • Kombo.studio, Alexandre Bauer, La Chaux-de-Fonds

Photographies et vidéos

  • Service de la communication
Enfants du placard. À l'école de la clandestinité

Expositions actuelles